ASTRONOMIE




Nouveautés:







- Voie lactée, le 2017-07-25 à Ulverton (Québec)





- Aurores boréales, le 2016-10-13 à St-Gabriel-de-Brandon (Québec)





- La lune du 2016-11-16


- Vidéo d'un survol fantastique de Saturne comme si vous étiez à bord de la sonde Cassini...



Introduction


Contrairement aux stéréotypes biens connus, il n'est pas nécessaire d'avoir l'air d'un 'nerd' avec des lunettes épaisses ou d'avoir des équipements coûteux pour faire de l'astronomie. En fait tout ce qu'il faut pour commencer, c'est des yeux et une sensibilité qui nous permettent de s'émerveiller devant cette vaste splendeur silencieuse. Qui ne s'est pas déjà couché sur l'herbe par une belle nuit d'été pour admirer la voie lactée, les étoiles filantes, les aurores boréales et tous ces trésors qui ne demandent qu'à être découverts et redécouverts un peu comme un air musical dont on ne peut se lasser? C'est cet émerveillement qui constitue l'une des motivations principales des astronomes amateurs et j'espère aussi des astronomes professionnels.

La photo qui suit est un exemple de ce que l'on peut découvrir avec des moyens très simples. Elle a été prise avec une caméra 35 mm et un objectif de 28 mm. Voyons voir ce qu'elle peut nous dire...


Rotation du ciel pendant 5 minutes



Effectivement, cette photo dont l'exposition est d'une durée de 5 minutes démontre la rotation effectuée par la terre pendant cette même période. Remarquez qu'au centre de cette rotation, on retrouve l'étoile Polaire et que plus on s'éloigne de ce point central, plus les traces laissées par les étoiles sur la pellicule photographique sont longues. C'est ce même principe par lequel les patineurs de fantaisie nous ont habitué lorsqu'on les retrouve sur une ligne droite en rotation et qui doivent patiner de plus en plus vite lorsqu'ils s'éloignent du centre de rotation.

En passant, cette même photo prise dans 10000 ans laisserait voir l'étoile Véga à la place de l'étoile Polaire au centre de la rotation. Ceci est dû à un mouvement giratoire comparable à une toupie dont l'axe de rotation oscille sur une période de 26000 ans. Eh oui, dans 26000 ans, ce sera à nouveau l'étoile Polaire qui se retrouvera au centre de la rotation... Pour ceux qui veulent en savoir plus à ce sujet, vous pouvez chercher le terme précession dans des livres spécialisés d'astronomie.

Pour en revenir à l'étoile Polaire, il très utile de savoir que cette étoile pointe toujours vers le nord. De plus, le nombre de degré entre l'horizon et l'étoile Polaire indique la lattitude à laquelle on se retrouve sur l'hémisphère nord (l'étoile Polaire n'est pas visible sur l'hémisphère sud). Par exemple, à Montréal, l'étoile Polaire est environ à 45 degrés au-dessus de l'horizon (soit à mi-chemin entre l'horizon et le zénith); ce qui correspond à la lattitude 45! Un petit test? où se retrouverait l'étoile Polaire vue du pôle nord? eh oui, au zénith, ce qui correspond à la lattitude 90... En passant, contrairement au mythe fortement répandu, l'étoile Polaire n'est pas la plus brillante du ciel. Ce mérite revient plutôt à l'étoile Sirius. En fait, l'étoile Polaire est plutôt moyenne en terme de luminosité.

Maintenant que vous êtes convaincus de l'utilité de l'étoile Polaire pour vous orienter, vous serez probablement intéressés de savoir qu'elle est aussi facile à retracer que la constellation de la Grande Ourse (également bien connue sous le nom de Grand Chaudron). En effet, à partir du moment où vous avez identifié le Grand Chaudron, il suffit de visualiser une règle qui serait constituée des deux étoiles à l'extrémité opposée au manche et de la prolonger 5 fois dans la direction de l'ouverture du chaudron pour vous retrouver directement sur l'étoile Polaire. Si vous continuez dans l'autre direction pour encore la même longueur, vous vous retrouverez sur la constellation de Cassiopé...



En parlant de Cassiopé, êtes-vous en mesure de la retrouver sur la photo? Pour vous aider, il s'agit d'une constellation en forme de "W" (ouvert dans la direction de l'étoile Polaire) tout près du centre de la photo et constituée d'étoiles brillantes; un peu déphasé vers la droite...

Cette photo permet également de constater qu'une pellicule photographique peut être beaucoup plus sensible que l'oeil humain; et ce, non seulement par la quantité d'étoiles visibles mais également par la richesse des teintes visibles. En effet, alors qu'à l'oeil nu, la majorité des étoiles semblent blanchâtres, on constate que sur la photo, elles sont plutôt de teintes variées: blanches oui mais aussi jaunes, oranges, vertes, bleues, etc... Il est intéressant de savoir que cette couleur donne de bonnes indications sur la température de surface de l'étoile. Par exemple, notre soleil est de type jaune qui correspond à des étoiles dont la température de surface est de l'ordre de 6000 degrés Celcius. Chaud direz-vous? mais cela n'a rien à voir avec la température en son centre qui est de l'ordre de 100 millions de degrés... Température essentielle pour maintenir le réacteur nucléaire en fonction, sans quoi, toute vie serait impossible sur la Terre.

Dernière remarque: la lueur blanche qui traverse de bas en haut la photo correspond à notre voie lactée. C'est l'équivalent de notre propre galaxie vue par la tranche et en regardant vers son centre. Pour se situer, il faut comprendre que nous sommes au 2/3 de la distance entre le centre de notre galaxie et son extrémité. Notre petite planète Terre tourne autour du soleil en un an alors que lui-même tourne autour du centre de notre galaxie en 200 millions d'années... Notre propre galaxie est de grandeur moyenne avec ses 100 milliards d'étoiles un peu comme sa soeur jumelle: la galaxie Andromède qui se retrouve à quelques 2 millions d'années-lumières de nous. C'est à la fois très loin pour nous mais très proche en terme astronomique. En fait, Andromède est notre galaxie voisine. Elle est même visible à l'oeil nue sous la forme d'une toute petite tache blanche à la limite de la vision lorsque le ciel est noir. Ne pensez surtout pas la retrouver sur votre balcon en ville...

Pour ce qui est de sa distance, il est surprenant de penser que la lumière reçue de cet objet lointain (le plus éloigné que l'on puisse voir à l'oeil nu) a pris 2 millions d'années pour se rendre jusqu'à nous à la vitesse de la lumière qui est de 300 000 km à la seconde. Donc, si elle venait qu'à disparaître, il faudrait 2 millions d'années avant que l'on s'en rende compte sur Terre...


Comment trouver la galaxie Andromède ?

La galaxie d'andromède est l'objet le plus lointain visible l'oeil nu (environ 2 millions d'annes-lumières), elle est de taille comparable à notre propre galaxie (la voie-lactée) et contient près de 100 milliards d'étoiles.

Remarquez la constellation Cassiopée en forme de "W" dont la pointe du haut est orientée vers la galaxie. Notez que Cassiopée est elle-même repérable à l'opposé de la grande Ourse (ou grand chaudron) par rapport à l'étoile polaire (bout du manche du petit chaudron).

Cliquez sur l'image ci-dessous pour la voir plus grande.





Et maintenant, quelques images :



La lune (cliquer sur l'image)


La lune




Perséides le 10 août 2007


Les Perséides




Transit de Vénus du 8 juin 2004 (cliquer sur l'image...):


Transit de Vénus






Copyright © 2002-2017 Michel Lamarche. Tous droits réservés.    |    Dernière mise à jour: 2017-09-03